Smic suisse : quelles sont les différences avec le Smic en France ?

Le Smic est une invention française datant des années 70. À l’époque, la volonté d’un salaire minimum gagne la gauche de Mai 68. Ainsi, quelques années plus tard, la naissance d’un salaire minimum voit le jour. Comme la TVA, la France innove socialement et fiscalement. De quoi donner des idées aux Suisses qui ont adopté un référendum dans ce sens pour créer un salaire minimum. Le Smic suisse s’élève à 3 040€, un montant élevé qui fait rêver de nombreux français. Toutefois, il faut relativiser ce salaire important. En moyenne, le coût de la vie en Suisse est 30% plus élevé que celui de la France. Cependant, il y a des travailleurs qui tirent leur épingle du jeu, les frontaliers. Décryptage du Smic Suisse et les différences avec le salaire minimum Français.

Smic suisse à 3 040 €, le Smic français à 1 540 €

C’est une donnée brute qui soulève une question. Le salaire minimum de la Suisse est 2 fois plus élevé que dans l’Hexagone. L’Hexagone a toutefois prévu un mécanisme automatique calculé sur l’inflation. En outre, avec l’augmentation constante des prix ces derniers temps, il devrait grimper de 35 € d’ici au 1ᵉʳ mai.

Cet écart de salaire s’explique par de nombreux facteurs entre le marché du travail français et suisse. D’abord, la France propose un temps de travail bien inférieur à nos voisins. De ce paramètre découle un temps de travail cumulé qui explique cet écart. Par ailleurs, les Suisses demandent aussi beaucoup à leurs travailleurs, une mentalité tournée vers le travail pour avoir une bonne vie. Voici les particularités du marché du travail suisse :

  • 41 heures de travail minimum ;
  • 45 à 50 heures en moyenne selon les professions ;
  • Un marché du travail exigeant et qui demande beaucoup à ses employés ;
  • Un salaire qui suit le coût de la vie dans le pays ;
  • Le système de santé moins universel que la France.

En moyenne, les Suisses travaillent 7 à 8 h par semaine en plus que les Français. Ce qui explique l’écart de salaire. D’autre part, si le Smic suisse est aussi haut, il est légitime. En effet, le souhait d’un Smic à hauteur de 3 050€ a été décidé par le peuple. Ils utilisent le référendum sur des sujets qui impactent la population. Ce fut le cas pour le salaire minimum accepté à plus de 58%.

Il faut dire que les Suisses font face à des dépenses contraintes qui sollicitent fortement le portefeuille.

Le Smic suisse symbolise le coût de la vie très élevé pour la Suisse

Si le Smic suisse semble rendre les Français circonspects, il faut tenir compte des nombreuses dépenses mensuelles que le Suisse doit honorer. Entre le logement, la nourriture et le transport, plus du tiers du revenu y est consacré.

Par ailleurs, les loyers y sont plus élevés qu’en France. Sans oublier le coût de la nourriture qui représente une somme entre 10 et 20% plus élevée que l’Hexagone.

Enfin, le système de santé sollicite encore plus le portefeuille des Helvètes. En effet, la consultation d’un médecin ou d’un spécialiste n’est pas forcément remboursée par la Sécurité sociale. Ainsi, la sollicitation d’une mutuelle est une dépense obligatoire.

Les transports en Suisse ne sont pas bénins non plus. Il faut dire que prendre sa voiture ou s’abonner aux transports publics représente un petit budget pour les habitants.

L’ensemble de ces dépenses contraintes ramènent le revenu disponible au même niveau que les Français. En conséquence, les Suisses vivent un peu mieux que les Français. Mais, l’écart reste faible par rapport aux avantages dont dispose la France.

Le Smic français plus faible, mais un système social qui compense

La France a beau avoir un SMIC deux fois moins haut que la Suisse, les Français ont d’autres atouts. D’abord, le coût de la vie est relativement moins important. De plus, le Smic de l’Hexagone augmente en même temps que l’inflation.

Ainsi, la dernière augmentation prévoit une croissance du Smic de 35 € à partir du 1ᵉʳ mai. Les Français qui gagnent le salaire minimum toucheront plus de 1 540 € dans les prochaines semaines.

Autre point fort du Smic en France, l’allègement des charges. En effet, le Gouvernement a décidé de baisser au minimum toutes les cotisations sociales sur le salaire minimum. Ce qui libère du pouvoir d’achat pour les Français. Il faut noter que les heures supplémentaires sont défiscalisées. Ainsi, à partir de la 36ᵉ heure, c’est du pouvoir d’achat en plus pour les travailleurs tricolores.

Si le Smic brut culmine à 1 540 €, il prévoit aussi des cotisations sociales pour le financement de la retraite et de la Sécurité sociale. Contrairement à la Suisse, la France prend en charge un système de remboursement public. Ainsi, tous les Français ont accès aux soins gratuitement. Bien sûr, la complémentaire santé est nécessaire pour consulter des spécialistes de santé. Malgré tout, elles sont moins chères que la Suisse. Étant donné que la Sécurité sociale y prend sa part.

Enfin, concernant les dépenses contraintes, le transport, le logement, la nourriture, les Français ont des aides supplémentaires. Notamment pour les travailleurs au salaire minimum, ce qui permet aussi de réduire le coût de la vie. Il faut souligner également que le coût du logement est moins élevé dans les banlieues et campagnes de l’Hexagone.

Pour les frontaliers, le Smic suisse, une aubaine

Les Français qui habitent proche de la frontière et qui travaillent en Suisse connaissent les avantages de leur situation. En effet, le droit suisse accepte que les étrangers travaillent pour des entreprises du pays.

De plus, les Français bénéficient de tous les avantages du coût de la vie dans leur pays avec le salaire suisse. En outre, chacun devra s’acquitter des frais de transport, d’un logement si son entreprise l’oblige à loger en Suisse. Ce dernier point reste rare, d’autant plus après la crise de la Covid-19.

En outre, les frontaliers sont nombreux à profiter de leur situation pour travailler en Suisse. C’est pourquoi, avec un écart de 30 % au niveau du coût de la vie, cette aubaine profite à la famille. En effet, de nombreux parents ont pris goût à quitter l’Hexagone tous les jours pour la Suisse. De quoi augmenter le revenu disponible.

Ainsi, le salaire minimum pour certains métiers apparaît comme très attrayant : coiffeur – 3 840 CHF – 3 500€ ; femme de ménage – 3 400 CHF – 3 100€ ; chauffeur de taxi – 3 200 CHF – 2 960€ ; serveur en restauration – 4 120 CHF – 3 800€ ; médecin – 13 000 CHF – 12 100€.

Plus d'articles

Medisynet espace personnel : consulter ses documents médicaux en ligne

Medisysnet est une entreprise spécialisée dans le développement de logiciels médicaux. Elle crée des solutions logicielles pour aider les professionnels de la santé à...

Pourquoi le voyant de batterie de ma voiture est allumé ?

Avoir un voyant qui s’allume sur le tableau de bord de son véhicule est rarement une bonne nouvelle. Si nous devions faire un classement,...

Site de rencontre : comment s’inscrire et se connecter sur Badoo ?

De nos jours, rencontrer son âme sœur peut se faire en ligne. Il y a d’ailleurs de grandes chances que ça soit le cas....

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire

Ripage excessif : comment le régler au contrôle technique ?

Le ripage excessif est un défaut perceptible pendant la conduite d’une automobile. Il s’agit d’une déportation de la voiture sur la droite ou la...

Quel est le rôle et le salaire d’un apporteur d’affaires en immobilier ?

Un apporteur d’affaires immobilier est un des acteurs clé d’un secteur qui est concerné par des lois très strictes. En effet, les professions de...

Cale-tête bébé pour siège auto : pourquoi et comment choisir ?

Vous voyagez beaucoup en voiture avec votre bébé ? Il est important de penser à son confort et à sa sécurité dans vos déplacements....

Portail Sylaé : quelle utilisation et bénéfices pour l’employeur ?

Le portail Sylaé est une plateforme officielle des pouvoirs publics, que les entreprises sont tenues d'actualiser depuis le 1ᵉʳ juillet 2015. Il a pour...

Promoalert : le catalogue en ligne des promotions

Tous les consommateurs savent combien il peut être difficile de trouver un bon prix. Très souvent, les prix diffèrent d’un endroit à l’autre avec...